Mickaël et Mathieu dans les vergers
Mickaël et Mathieu dans les vergers

press to zoom
Démontage des tunnels de fraises
Démontage des tunnels de fraises

press to zoom
Les fraises
Les fraises

press to zoom
Mickaël et Mathieu dans les vergers
Mickaël et Mathieu dans les vergers

press to zoom

EN SAVOIR PLUS SUR NOTRE ENTREPRISE

Mickaël PONT et Mathieu GUYOMARD sont aujourd’hui tous les 2 à la tête du Pépin et la Plume. Rien ne prédestinait ces 2 brestois à devenir agriculteur. Ni l’un ni l’autre ne sont issus du milieu agricole.


Mickaël a grandi à Brest et a découvert le travail de la terre avec son grand-père qui avait un superbe potager à Lambézellec. C’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’il s’y rendait tous les mercredis après-midi afin d’y retrouver toutes les odeurs qu’il aimait tant. Une passion naissait. Adolescent, il a choisi de suivre cette vocation et s’est orienté vers un bac agricole. Il a continué sur un BTS et a exercé le métier de technicien pendant 10 ans. Mais c’est avant tout le travail de la terre qu’il aimait et en 2009, il décide de créer son exploitation.


Mathieu a lui aussi grandit à Brest. Il a suivi des études classiques et étant passionné de biologie, il s’est orienté dans cette voie et a étudié les végétaux. Il a exercé différents métiers en lien avec l’agriculture. En 2012, il rencontre Mickaël. D’abord salarié dans la ferme, les 2 jeunes décident rapidement de s’associer.


Pour créer Le Pépin et La Plume, Mickaël est parti de zéro. Habitant la Roche Maurice, il souhaitait y installer son exploitation. Il aura mis 2 ans pour trouver le lieu et surmonter de nombreuses difficultés avant de s’établir à Penavern. Quand on ne vient pas du monde agricole, c’est difficile de s’installer, de trouver des terres.

En 2009, il plante 5 hectares de verger et met en place son 1er poulailler de 600 poules pondeuses. Il y plante aussi quelques fraises.

En 2012, la ferme grossit, l’arrivée de Mathieu permet d’agrandir l’élevage de poules pondeuses et de passer à un cheptel de 1500 poules. La production végétale se tourne plus vers les fraises, la superficie des cultures commencent à augmenter.

La ferme s’agrandira à nouveau en 2015 et en 2020 avec le rachat de 2 fermes voisines.

Aujourd’hui, Le Pépin et la Plume compte 6000 poules pondeuses, 95 hectares de terre en culture biologique, et un cheptel de vache laitière en conversion vers la bio.

Tout cela ne serait pas possible sans l’équipe de salariés qui vient travailler chaque jour ici.  Maintenant, une dizaine de personnes y travaille à l’année et une trentaine de saisonniers vient renforcer les équipes d’avril à septembre.


Depuis 2009, Le Pépin et La Plume a toujours produit en agriculture biologique. Ce choix était une évidence pour Mickaël, préserver son environnement, préserver la qualité de l’eau afin de produire une alimentation de qualité.

Depuis 2009, Le Pépin et La Plume est réputé pour sa production d’œufs, de fraises et de pommes. Depuis 2019, la gamme de légumes s’est fortement développée et aujourd’hui, on y trouve de tout et toute l’année : tomates anciennes de variété population, pommes de terre, courgettes, concombres, haricots verts, radis, fenouil, choux rave, épinards, salades, mâches, côtes de bettes, oignons…

"Nous aimons particulièrement la nouveauté et passons beaucoup de temps dans la recherche et le développement. Notre objectif n° 1 est le bien manger toute l’année.

Le choix des légumes peut parfois surprendre, mais rien n’est laissé au hasard. Nous choisissons les variétés dites population afin de conserver l’authenticité des légumes et leur goût."

Si le Pépin et la Plume a fait le choix ces dernières années de développer sa gamme, c’est aussi pour apprendre à s’adapter face à son environnement. Le climat change et il est possible que  la production de fraises devienne de plus en plus difficile dans les années à venir. "Nous avons constaté des tempêtes en été ces dernières années. Les tunnels de fraises ne sont pas faits pour supporter cela. Ceci nous inquiète. Nous allons continuer la fraise bien sûr mais elle sera accompagnée d’une gamme complète de légumes."


"Ce qui nous plait le plus dans ce métier, c’est avant tout le travail de la terre. Le côté humain est aussi très important. Sans nos collaborateurs nous n’en serions pas là aujourd’hui. Nous sommes fiers de créer des emplois et de voir nos salariés s’épanouir avec nous. Le résultat du travail effectué est notre plus belle récompense."


Pour 2021, les challenges continuent avec la conversion de l’élevage laitier vers la bio, des nouvelles cultures en préparation (poivrons, melons, pastèques, cornichons, aubergines…) et la création d’un food-truck qui proposera nos produits cuisinés.